Club spécialisé des oiseaux européens, de leurs cousins exotiques et de tous leurs croisements, affilié a l' A.O.B.

Articles Publications

La taille de l'oiseau, OUI mais pas au détriment de la couleur !

De plus en plus, lors d’expositions locales, nationales où internationales, nous pouvons contempler des oiseaux possédant une taille au-delà de ce que l’on peut trouver dans la nature. Serins, mandarins ou bouvreuils ne peuvent nous contredire dans ce constat. Cet état des choses n’est pas une critique, mais une analyse objective de l’évolution des mentalités et des critères de sélection des éleveurs que nous sommes. Nous nous accordons tous pour dire que la vision d’un sujet plus grand, plus harmonieux, est un régal oculaire. MAIS, encore faut-il que ce sujet soit en harmonie pour tous les autres critères de jugement.

Prenons un exemple qui est en relation directe avec notre club, le bouvreuil ponceau ! Cet oiseau, par sélection rigoureuse et méthodique, est arrivé à avoir une taille phénoménale et harmonieuse. POURTANT, peu de ces oiseaux présentent une couleur idéale ! La question est POURQUOI ?

C’est assez simple à comprendre, tout est question de longueur de plumage et d’intensité lipochromique. Dans la nature, il existe, à l’état sauvage, des oiseaux INTENSIFS et des oiseaux SCHIMMELS, qui s’accouplent ou non ensemble. Le brassage de tous les capitaux génétiques différents conduit, dans la nature à l'apparition et le maintien de différents types et de différentes nuances de couleur pour la même race d’oiseau, exemple le Verdier. On peut facilement en déduire qu’un pourcentage élevé d’oiseaux sauvages ne correspond pas aux normes du standard en vigueur qui lui nous demande d’atteindre un but ou de s’en approcher le plus possible. Par contre, dans nos élevages nous pouvons gérer TOUT ! Nous avons toutes les facilités pour tenir compte de tous les paramètres de chacun de nos oiseaux, et à partir de cela, nous avons tout le loisir de faire exactement ce qu’il nous plaît ! Depuis quelques années, certains éleveurs ont choisi de « produire » des sujets de taille plus grande, voier beaucoup plus grande que ce qui est naturellement possible de trouver dans le milieu naturel. Beaucoup de personnes gèrent leur élevage de manière plus scientifique que l’on peu l’imaginer. Des mesures de longueur de plumes et des analyses microscopique afin de déceler le taux lipochromique de celles-ci, sont devenues plus courantes et plus utilisées. Mais, PRUDENCE !! Un grand et gros oiseau ne veut pas forcément dire avec certitude que CORPORELLEMENT (squelette, muscles, etc…) cet oiseau est plus grand qu’un oiseau dit « normal ». L’impression de grosseur et de longueur est à 98% due à la structure du plumage. Il existe bien sûr comme chez l’humain des « géants naturels », mais comme pour nous ce pourcentage est très faible !

Si nous accouplons en sélectionnant à chaque fois des oiseaux à très longs plumages, nous arriverons à créer VISUELLEMENT des oiseaux plus grands et plus gros. Le revers de la médaille est que nous perdrons INEVITABLEMENT de l’intensité de couleur de par l’allongement des plumes, et nous aurons également des problèmes de plumage lâche qui est si souvent notifié sur les fiches de jugement. Il faut savoir que le mécanisme naturel du dépôt lipochromique chez l’oiseau fonctionne toujours de la même façon et que ce mécanisme ne tient pas compte de la longueur et de la largeur de la plume. En comprenant cette fonction du système de l’oiseau, on saisit vite le fait qu’il y ait des INTENSIFS et des SCHIMMELS et que les schimmels sont toujours moins intenses que les sujets à plumage plus court.

Une bonne gestion du plumage et une bonne connaissance de la couleur voulue par le standard, vous garantiront presque, à coup sûr de ne pas faire des issus avec trop de défauts. Bien sûr nul n’est parfait, mais si on peut éviter trop de déchets, pourquoi ne pas en tenir compte.

Ces remarques sont valables pour tous les types d’oiseaux !

Alors, disons OUI à des oiseaux de taille un peu plus grande et harmonieuse, MAIS, disons également OUI à une harmonie totale des paramètres de l’oiseau. COULEUR, TAILLE et DESSINS doivent former un tout et tendre vers un oiseau d’exposition avec le moins de défauts possible. Certaines modes passent inévitablement et la grande mode des oiseaux énormes est tout doucement en train de toucher à sa fin. En ayant l’occasion de visiter de nombreux shows internationaux, nous pouvons remarquer que les médailles sont distribuées dans un pourcentage plus élevé à des oiseaux un peu plus petits, mais avec des dessins et une couleur bien nets. A croire qu’aujourd’hui on recommence à tenir compte que l’oiseau d’exposition doit être également en phase avec son espèce originelle.

Afin de conclure cette réflexion, j’aimerais à titre personnel vous faire part d’une petite idée qui me trotte dans la tête depuis un moment. J’ai l’intime conviction qu’EUROBIRD and Co (en concertation avec le CLUB dei FRINGILLIDI) peut être un précurseur et un club avant-gardiste en proposant à ses membres de tenter de fixer les mutations connues sur des sujets de plus petite taille, je pense ici aux chardonnerets élégants ainsi qu’aux bouvreuils pivoine. Il serait intéressant de faire une comparaison après quelques saisons afin de déterminer si oui ou non les couleurs seraient plus fortes sur des oiseaux plus petits. Je ne doute pas un seul instant que ce travail demanderait du temps, mais cela en vaudrait peut-être la peine. EUROBIRD and Co étant un club spécialisé en la matière, on pourrait très bien créer des classes distinctes dans le futur. Imaginons un Bouvreuil Brun Pastel de la taille d’un pivoine, ou un Chardonneret Elégant en mutation Agate. Ne dit-on pas qu’un hobby qui bouge, est un hobby qui vit!

Une réflexion de Jean-Eric ADAM